Nouvelles

Sept questions à Simon Boyer, le jeune bâtisseur 2018

Actualités - Image d'intro

Simon Boyer est l’associé principal chez Knightsbridge, un bâtisseur de projet multirésidentiel qui érige des milieux de vie axés sur des valeurs de développement durable, d’innovation et d’excellence. Il est le récipiendaire du Prix INOVA 2018 – Jeune Bâtisseur de l’année et taille sa place parmi les leaders de l’industrie. Chose certaine, nous n’avons pas fini d’entendre parler de lui. Audrey Robitaille, avocate chez Gascon et Associés et lui se sont entretenu le temps de sept questions.

Simon, le prix Jeune bâtisseur – INOVA récompense une personnalité de la relève sur la base de ses réalisations professionnelles, de ses objectifs et défis surmontés et son implication ou son engagement envers le milieu et la communauté. Qu’est-ce qui vous a motivé à poser votre candidature?

Les Prix INOVA donnent une belle visibilité aux finalistes et aux gagnants et nous permettent de valider si nous faisons, à titre de joueurs de l’industrie, de bonnes choses.

Knightsbridge s’est forgé une belle réputation aux fils des années et vos projets prennent de l’ampleur. Quels sont vos prochains objectifs?

Nous désirons perfectionner nos projets et notre équipe afin de passer dans la cour des grands. Des projets comme Arborescence et Tak visent justement cet objectif. Cela dit, nous désirons bâtir à l’échelle humaine avec une belle architecture tout en gérant notre croissance.

Comment ces futurs projets s’inscrivent-ils pour l’équipe?

Nous désirons repenser la vie en Ville. Il faut mieux réfléchir à la densité en créant des communautés enrichissantes et penser plus loin que le bois et la brique. Je crois sincèrement que l’industrie mérite de se positionner comme un développeur de communautés à part entière au sein de nos villes.

Sentez-vous un changement dans les valeurs des acheteurs?

Les valeurs des acheteurs sont de plus en plus fortes. On cherche une belle architecture, des projets axés sur des communautés et sur l’environnement. Les acheteurs recherchent des projets où le développement durable est une pierre angulaire tout en évitant la gentrification des quartiers. On constate ces valeurs tant chez les milléniaux que chez les autres générations.

Votre politique marketing est très axée sur les réseaux sociaux. Pourquoi est-ce si important pour vous ?

Nous privilégions de loin cette méthode afin de créer des interactions. On considère que le marketing plus traditionnel est unidirectionnel. On désire que nos acheteurs et même nos clients de longue date suivent nos projets et notre croissance afin de mieux cibler nos marchés.

Comment désirez-vous inspirer les plus jeunes?

J’espère que les jeunes voudront bien faire les choses, c’est intrinsèque dans la méthodologie de travail chez Knightsbridge. Par exemple, le Prix INOVA remporté par le projet Le Jardinier représente une énorme « tape dans le dos » afin de continuer dans cette direction. Les gens doivent se permettre d’avoir plus de discussions entre les villes et les développeurs pour faire accepter d’autres types de projets moins conventionnels.

Vous dites souvent que votre équipe est la pièce maîtresse du travail accompli chez Knightsbridge. Pouvez-vous m’en dire plus ?

Toute l’équipe est impliquée dans la préparation des projets et il n’y a pas de hiérarchie conventionnelle. Notre vision est la performance, le partenariat et la présence de gens forts qui désirent développer des projets. La croissance de Knightsbridge ne se fera jamais au détriment du produit.

 

Retour à la liste des nouvelles

Afin de favoriser l’essor des centres urbains vivants où l’on apprend, travaille, évolue et se divertit, l’IDU promeut le concept d’intensification urbaine. Le concept se décline en quatre chantiers porteurs.

En savoir plus sur l'intensification urbaine

Nos partenaires

Platine

Or

Argent

Grand partenaire
du Réseau des Jeunes Ambassadeurs

Bronze

 

 

 

 

Média

 

Fournisseur privilégié