Nouvelles

L'IDU prend la parole dans trois nouveaux dossiers

Il va sans dire que la saison estivale a été bien remplie pour l’IDU qui a présenté trois mémoires concernant la Ville de Québec: le premier à la Ville de Québec, le second au Groupe de travail sur l'environnement économique des entreprises, mis sur pied par la Ville, et le troisième à la Commission de la Capitale nationale du Québec.

Mémoire présenté à la Ville de Québec et portant sur le Schéma révisé d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec

Pour l’IDU, le schéma révisé d’aménagement doit être l’occasion, pour l’agglomération, de poser le premier jalon lui permettant de se repositionner dans le débat sur la densification. Cette dernière est un joueur majeur au sein de la Communauté métropolitaine de Québec et il serait souhaitable qu’elle use de son influence.  Dans ce mémoire, l’IDU a présenté une vision plus large de la problématique de l’étalement urbain, une vision plus politique.  Il a voulu faire la démonstration que la densification et la mobilité durable sont des fins en soi et qu’il faut recentrer le focus à l’intérieur même de l’agglomération.

Comme il y a lieu de se questionner sur les projections à la baisse des perspectives démographiques dans l’agglomération de Québec dans l’horizon 2016-2036 et l’élargissement du périmètre d’urbanisation proposé par la Ville de Québec dans son schéma révisé, l’IDU a en effet présenté des pistes de solutions différentes, favorisant la densification et l’intensification, à travers la question du transport en commun et de la mobilité durable, des conclusions de Québec 2050 et de la ville du futur souhaitée par les générations qui nous succèdent. 

Mémoire présenté au Groupe de travail sur l’environnement économique des entreprises

Dans son mémoire, l’IDU plaide en faveur des changements nécessaires pour redonner aux créateurs de richesse et d’emplois un répit dans l’augmentation continue de leurs ponctions fiscales et tarifaires, afin de leur permettre, comme dans toute économie, de créer encore davantage de richesse et d’emplois, au bénéfice de tous, dont l’administration municipale. En ce sens, la création du Groupe de travail sur l’environnement économique des entreprises mis sur pieds par le maire Régis Labeaume en mai dernier est plus que bienvenue. C’est une opportunité qui nous est collectivement offerte d’échanger sur la compétitivité de nos entreprises, à travers notamment le prisme de la fiscalité. L’IDU a d’ailleurs eu l’occasion de saluer à plusieurs reprises cette volonté de la Ville de se questionner sur cet enjeu fondamental.

La fiscalité est un élément central dans le choix d’établissement, ou de déménagement, d’une entreprise. Le maintien et la croissance de quartiers centraux et de centres d’affaires forts repose sur leurs capacités à attirer et conserver des entreprises commerciales, de bureau ou industrielles. Et, au cœur de ces attraits, se trouve la taxation. Si la taxation municipale, par le jeu des rôles et des taux, en vient à freiner la capacité de ces entreprises à investir et à embaucher, ces centres se vident. En ce sens, la fiscalité non résidentielle constitue un outil, s’il est bien utilisé, de densification urbaine, qui est un objectif central poursuivi par la Ville et ardemment souhaité par l’IDU.

Mémoire présenté à la Commission de la capitale nationale du Québec

L’DU a accepté l’invitation de Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ), lancée au courant de l’été, de lui a fait part des enjeux qu’il considère importants à ses yeux : l’entrée de la capitale ouest et des accès en général, le défi de l’étalement urbain à travers l’entretien et le renouvellement du patrimoine bâti, ainsi que la valorisation et l’accès des espaces publics de la capitale y ont été traités dans le mémoire. Notons que la CCNQ veille, depuis 1995, à faire en sorte que le statut particulier de la ville se traduise par des politiques d’aménagement dignes d’une capitale en s’appuyant sur une vision d’ensemble qui rallie ses partenaires et qui est renouvelée sporadiquement.

Conséquemment à ses précédentes réflexions, l’IDU a ainsi repris les conclusions tirées du colloque Québec 2050 du printemps 2015 et réitéré sa position historique concernant l’étalement urbain et le fait qu’il valorise l’intensification urbaine.  Dans son mémoire, il propose à la CCNQ un nouveau partenariat, à l’image de leur collaboration dans le projet de mise en lumière de l’église Notre-Dame-des-Victoires réalisé en 2008 dans le cadre des festivités du 400e anniversaire de la Ville de Québec.

 

Retour à la liste des nouvelles

Nos partenaires

Platine

Or

Argent

Grand partenaire
du Réseau des Jeunes Ambassadeurs

Bronze

 

 

 

 

 

Média

 

Fournisseur privilégié