Nouvelles

Budget 2019 de la Ville de Montréal: l'urgence d'agir

Actualités - Image d'intro

L'IDU a aujourd'hui publié une étude qui révèle que les taxes foncières payées par les commerçants situés sur les principales artères de Montréal ont crû au cours des dernières années bien plus rapidement que l'inflation. (IPC tel que défini à l'annexe A de l'étude).

La rue la plus touchée demeure Sainte-Catherine où les taxes payables par pied carré sont passées en moyenne de 55,80 $ en 2017 a 62,40 $ en 2018. Cela représente une variation de +11,7% entre ces deux années. Certaines autres artères telles que Saint-Hubert, Ontario et Masson connaissent également de fortes augmentations de taxes. Voir l'annexe B de l'étude pour plus de détails sur les artères commerciales.

Rue Sainte-Catherine

L'IDU rappelle qu'en 2018, Montréal avait un taux de taxation non résidentiel 3,78 fois supérieur à son taux résidentiel. Or, le non résidentiel représente une base imposable de seulement 26%. Cela a pour conséquence de faire contribuer les immeubles commerciaux à hauteur de 56% des recettes fiscales; un pourcentage bien supérieur à la part des services municipaux consommés par le non résidentiel (estimés à 25%).

L'inoccupation s'est également accrue depuis 2016 sur Sainte-Catherine. Elle est passée d'environ 8,2% en 2016 a 13,3% en 2017. Avec les taxes exigibles qui augmentent, il y a un réel risque de voir l'inoccupation s'accroitre encore davantage en 2019.

L'IDU note que pour Sainte-Catherine, en 2018, les taux de taxes de la ville ont augmenté au même moment que les valeurs augmentaient aussi.

L'IDU sera à la présentation du budget jeudi matin et vous communiquera rapidement ses observations.

L'IDU veille

Retour à la liste des nouvelles

 

Nos partenaires

Platine
Or
Argent
Bronze
Média