Nouvelles

Au sujet du 20-20-20, le propos de l’IDU

Actualités - Image d'intro

C’est confirmé: en juin prochain, la Ville de Montréal déposera son projet de règlement sur l’inclusion. Afin de préparer nos commentaires publics, mais surtout afin de cadrer les discussions qui ont cours avec la Ville, l’Institut de développement urbain du Québec (IDU a défini en six points son propos. Ces messages ont fait l’objet de nombreuses discussions dans notre environnement. Alors que nous nous approchons des échéances critiques, il m’importe de les partager avec vous, sans plus de façon.

Premièrement, les membres de l’IDU reconnaissent qu’une politique d’inclusion bien faite contribuera à la vitalité économique de Montréal.

Deuxièmement, la future règlementation de Montréal doit être viable. Pour l’IDU, cela signifie qu'elle doit être résiliente aux cycles économiques, mais surtout, alors que les autres villes de la région livrent à Montréal une féroce compétition, cette nouvelle intervention dans notre marché ne doit pas plomber notre compétitivité. Les études de la ville devront démontrer hors de tout doute que le règlement sur l’inclusion contribuera à l’attractivité de Montréal, pas le contraire. À ce sujet, il faut lire le professeur émérite, monsieur Mario Polèse qui s'inquiétait récemment des "effets pervers" possibles de l'intervention municipale.

Troisièmement, il est important de définir une période de transition avant l’entrée en vigueur du règlement. Déjà, la Ville a écarté l’utilisation d’un règlement de contrôle intérimaire. Pour l’IDU, il est impératif que la période de transition débute après l’adoption du règlement. Au sujet de la durée de cette transition, les discussions doivent se poursuivre. Ce qui est sur la table n'est pas satisfaisant.

Quatrièmement, il importe que les promoteurs qui respectent le plan d’urbanisme, comme il existe à la date de la publication du règlement, soient exclus de l'application de celui-ci ou justement compensés.

Cinquièmement, au nom de l’équité, les acheteurs d’unités NEUVES ne doivent pas être les seuls à absorber, à travers une inévitable hausse des prix des logements qu'ils acquerront, les effets de la politique à venir. L'enjeu est particulièrement élevé au sujet des unités abordables et familiales.

Sixièmement, la Ville doit reconnaitre et tirer les conséquences du fait que l’offre de logements familiaux neufs, sans autres considérations, n’a qu’un faible impact sur l’attraction ou sur la rétention des familles à Montréal.

Voilà donc le propos que nous communiquons aux décideurs ainsi qu'à nos partenaires. Grâce à la voix de plusieurs de ses membres et celle de sa direction, l'IDU, à l'invitation de la Mairesse, contribue activement à la Table des partenaires en habitation crée tout récemment, à laquelle siège également les représentants de la haute administration de la Ville.

Tous ceux qui participent aux échanges vous diront que d'importantes préoccupations demeurent, mais que les représentants de la Ville témoignent d'une réelle volonté de mettre en œuvre une politique qui, pour reprendre les propos de la mairesse Plante, ne "précarise pas" notre industrie.

Dans tous les cas, notez que le projet de règlement sera soumis à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), qui pourrait, dès la fin de cet été, tenir la consultation annoncée.

Merci de nous appuyer dans nos efforts.

 

ANDRÉ BOISCLAIR, Adm.A
Président-directeur général

aboisclair@idu.quebec

Retour à la liste des nouvelles

Afin de favoriser l’essor des centres urbains vivants où l’on apprend, travaille, évolue et se divertit, l’IDU promeut le concept d’intensification urbaine. Le concept se décline en quatre chantiers porteurs.

En savoir plus sur l'intensification urbaine

Nos partenaires

Platine

Or

Argent

Grand partenaire
du Réseau des Jeunes Ambassadeurs

Bronze

 

 

 

 

Média

 

Fournisseur privilégié